AFP - Une politique "inefficace" pour 69% des Français

La politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy est qualifiée de "plutôt inefficace" par 69% des Français
 

72% de sympathisants de gauche sont de cet avis, partagé aussi par une majorité de sympathisants de droite : 53%. 27% seulement créditent le président d’une politique sécuritaire "plutôt efficace" (25% sympathisants de gauche, 45% de droite).

Ce jugement est négatif pour toutes les catégories de faits proposés par CSA : atteintes aux biens (politique plutôt inefficace, jugent 58%), atteintes aux personnes (plutôt inefficace pour 69%), délinquance financière (72%) et encore plus violences urbaines (78%).

73% des sondés attribuent la hausse de la délinquance aux inégalités sociales Interrogés sur les causes de l’augmentation de la délinquance, 73% l’attribuent aux inégalités sociales (dont 68% de sympathisants de droite).

68% l’attribuent également à "la suppression de la police de proximité" (dont 64% de sympathisants de droite). 68% invoquent "l’incivilité des citoyens" et 66% "la réduction du nombre de policiers".

L’immigration contribue à cette augmentation pour 47% des Français, 49% estimant qu’elle n’y contribue "plutôt pas ou pas du tout". Les sympathisants de droite (61%) sont beaucoup plus nombreux que ceux de gauche (33%) à voir dans l’immigration une cause de l’augmentation de la délinquance.

Le projet de dénaturaliser des délinquants rejetés par une majorité Contrairement à la forte approbation montrée par deux enquêtes du 6 août (Ifop pour le Figaro, CSA pour L’Humanité), le projet de dénaturaliser des personnes d’origine étrangère après certains crimes est rejeté par une majorité.

Interrogés sur ce projet, 51% choisissent la réponse : "plutôt défavorable car tous les Français doivent être égaux devant la loi quelle que soit leur origine". Parmi ces critiques : 63% des sympathisants de gauche, 28% des sympathisants de droite. 46% (36% sympathisants de gauche, 69% de droite) optent pour la réponse : "plutôt favorable car l’acquisition de la nationalité doit être remise en cause en cas d’acte grave".

Le CSA a soumis la phrase : "les Français d’origine étrangère sont des Français à part entière", approuvée par 75% (22% d’un avis contraire). Enfin 66% jugent que les exilés fiscaux ne méritent pas la nationalité française (28% d’un avis contraire). Sondage réalisé par téléphone le 11 août auprès d’un échantillon de 1.021 personnes de 18 ans et plus, méthode des quotas._._,___