logo spip

GREVE DES TRAVAILLEURS SANS PAPIERS : UNE BRECHE DANS LE MUR

Manifestation du 1er mai 2008
mardi 29 avril 2008.
 

Depuis le 15 avril 2008 a débuté une série de grèves et d’occupations de travailleurs sans papiers en Ile de France dans les secteurs de la restauration et du bâtiment notamment. Aujourd’hui ce sont plusieurs centaines de travailleurs qui sont en grève, avec la CGT, Droits devant, la CNT et Solidaires, et l’appui de nombreuses organisations. La lutte a ouvert une brèche. Ce premier résultat est à mettre à l’actif de ce mouvement, que l’UCIJ soutient pleinement. et qui doit encourager les organisations syndicales ainsi que les associations à amplifier la mobilisation et la solidarité avec les grévistes

CONTRE L’IMMIGRATION CHOISIE : REGULARISATION DE TOUTES ET TOUS LES SANS-PAPIERS !

Ces grèves mettent en évidence la surexploitation de dizaines de milliers d’hommes et de femmes, qui constitue une aubaine pour les patrons et un moyen de faire pression sur tous les salariés. La plupart des travailleurs sans papiers paient des impôts, cotisent pour l’assurance maladie, la retraite, les ASSEDIC, et ne peuvent en bénéficier. La régularisation par le travail n’est pas suffisante. Avant tout fondée sur les besoins de l’économie, elle ignore le droit de vivre en famille, celui des étudiants et des jeunes majeurs, ainsi que le droit d’asile. Tous les sans-papiers sont sous la menace constante de rafles, d’arrestations, même aux guichets des préfectures, l’objectif gouvernemental restant de faire du chiffre par n’importe quel moyen.

La marche des sans-papiers partis de Lille le 19 avril 2008 et qui seront à Paris le 10 mai offre une occasion de revendiquer la liberté de circulation, la régularisation de l’ensemble des personnes sans papiers. L’UCIJ appelle à accueillir la marche à son arrivée à Paris à 15h le samedi 10 mai place Clichy.

CONTRE LA « DIRECTIVE DE LA HONTE » POUR UNE EUROPE OUVERTE ET SOLIDAIRE !

Le Parlement européen devrait examiner une directive le 21 mai prochain, qui prévoit des rétentions de 18 mois, des interdictions du territoire systématiques jusqu’à 5 ans pour les expulsés, y compris mineurs. L’UCIJ soutient le rassemblement du mercredi 7 mai 2008 à Bruxelles contre cette directive (pour s’y rendre en car : wwww.directivedelahonte.org).