logo spip

Bobigny : manif’ le 10 octobre

mercredi 10 octobre 2007.
 

Le Comité de vigilance d’Aubervilliers contre les expulsions des familles et élèves sans-papiers et RESf 93 appellent à une

MANIFESTATION
contre les nouvelles consignes qui visent les sans-papiers et leurs soutiens.

Mercredi 10 Octobre 2007 à 17h
devant la Préfecture de Bobigny

Communiqué du RESF93 du 8 octobre 2007

Trop c’est trop !
Depuis la rentrée, le nouveau Préfet de Seine Saint Denis fait des débuts particulièrement zélés.

Convoqué avec d’autres par le Ministre de l’immigration pour se faire signifier d’accélérer les expulsions afin d’atteindre les quotas, il s’exécute en faisant multiplier les contrôles de police, les arrestations, dans la rue et le métro, en adressant des « convocations pièges » dans les commissariats et même en tentant d’arrêter chez eux des parents et des jeunes majeurs scolarisés.

Ces dérives ne sont pas des faits isolés, mais le résultat d’une volonté répressive revendiquée. En effet, il semble que les commissariats du 93 aient reçu récemment une note leur demandant de procéder à des interpellations à domicile des personnes en situation irrégulière et d’aller chercher les déboutés administratifs du droit d’asile dans leur lieu d’hébergement.

C’est une véritable chasse à l’homme qui s’organise à l’égard de personnes, de familles et d’enfants qui n’ont commis d’autre crime que de se voir refuser le droit au séjour sur le territoire où ils vivent par une législation sans cesse plus restrictive. Elle représente un détournement par rapport aux véritables missions d’une police républicaine, chargée de protéger les biens et les personnes, et entraîne un malaise grandissant chez certains policiers et gendarmes.

Conscient des réactions d’indignation et de solidarité que cette politique ne manquera pas de soulever, le préfet franchit un cap supplémentaire en envoyant une lettre d’intimidation à des Maires du 93 qui avaient organisé des parrainages républicains, pour les menacer de poursuites pénales pour « aide au séjour irrégulier ».

Ces pratiques signent le développement d’une traque intolérable aux familles et jeunes scolarisés sans papiers dans le département, mais risquent aussi de déstabiliser toute la population de ce département, française ou étrangère, attachée au « vivre ensemble ». Elles ne peuvent qu’engendrer de nouveaux drames.

Pour dire non à la haine de l’autre, à la xénophobie d’Etat et à des pratiques contraires aux droits de l’Homme, la Réseau Education Sans Frontières appelle à une mobilisation massive ce mercredi 10 octobre à 17 h devant la Préfecture de Bobigny.