logo spip

Paris 5° : forum "quelle place pour les étrangers en France ?" le 14 juin

mercredi 14 juin 2006.
 



COLLECTIF DU 5E ARRONDISSEMENT POUR UNE AUTRE EUROPE, LDH SORBONNE, LCR 5E-13E, LES VERTS QUARTIER LATIN, MRAP, PCF 5E, PS SECTION JAURES

FORUM :
QUELLE PLACE POUR LES ETRANGERS EN FRANCE ?


MERCREDI 14 JUIN A 19H
Salle de la Libre pensée
10, rue des Fossés Saint Jacques - Paris V

Avec :
- Alima Boumédiene-Thiery, sénatrice Verts
- Fernanda Marucchelli, responsable nationale du PCF
- Marie-Claude Semel, MRAP
- Catherine Teule, membre du Comité central de la LDH, porte-parole du collectif national)
- Des représentants de la LCR et du PS.

Chaque jour, des êtres humains meurent d’avoir voulu franchir les frontières de l’Europe. Ceux qui y parviennent vivent le plus souvent sans papiers, sans droits, dans des conditions indignes. La réforme du Code d’Entrée et de Séjour des Étrangers et du Droit d’Asile (CESEDA) engagée par Nicolas Sarkozy va aggraver cette situation.

En s’attaquant au regroupement familial, en supprimant les possibilités des sans-papiers d’accéder un jour à la régularisation, en durcissant les conditions d’accès à la nationalité française, elle isole et précarise les immigrés.

En projetant de sélectionner les candidats à l’immigration sur des critères utilitaristes - seul aura droit de vivre en France celui qui sera jugé capable de servir l’économie du pays -, elle organise le pillage des richesses humaines des pays d’origine et accroît ainsi les inégalités.

Contre ces réformes iniques, un mouvement s’est levé.

Il est maintenant de notre responsabilité de montrer qu’une autre politique est possible. Sommes-nous prêts à mettre l’être humain au centre de la politique d’immigration ?

Dans une Europe qui prône la libre circulation des marchandises, peut-on encore refuser le droit de circuler aux êtres humains ?

Quelle place faut-il alors accorder aux étrangers résidant ou travaillant en France ? La régularisation des sans-papiers n’est-elle pas le meilleur moyen de lutter contre l’exploitation des immigrés clandestins ? Le droit des êtres humains à mener une vie décente, à construire une vie de famille, le droit des enfants à suivre une scolarité normale ne doivent-ils pas être au centre des préoccupations ?

Peut-on continuer de demander aux immigrés et à leurs enfants de fournir des preuves d’« intégration » tout en leur refusant la citoyenneté et le droit de vote ? Comment garantir à chacun l’accès au logement et à l’emploi sans discrimination ?

Après les scandales des camps de Ceuta et Mellila, avec lesquels le grand public a découvert les conséquences politiques d’une Europe forteresse, faut-il persister dans la fermeture des frontières de l’Union ?

Le rôle de l’Europe n’est-il pas au contraire de construire une politique de coopération avec les pays d’origine des migrants, fondée sur l’aide au développement et le refus du pillage des ressources humaines, à rebours de la politique menée par Nicolas Sarkozy ?

Quelle est la responsabilité de la France dans la situation actuelle de l’Afrique ? La défense du droit d’asile pour tous ceux dont la vie ou les libertés sont mises en danger ne doit-elle pas aller de pair avec une ferme dénonciation de la politique de soutien aux régimes dictatoriaux de la « Françafrique » ?

MERCREDI 14 JUIN A 19H
Salle de la Libre pensée
10, rue des Fossés Saint Jacques - Paris V

Tract pour le forum du 14 juin à Paris