Plusieurs milliers de personnes défilent à Paris contre la loi Sarkozy sur l’immigration

lemonde.fr 10 juin 2006
 

Plusieurs milliers de sans-papiers et leurs soutiens ont manifesté, samedi 10 juin à Paris, pour demander le retrait du projet de loi Sarkozy sur l’immigration et la régularisation de tous les sans-papiers.

A l’appel d’une dizaine de collectifs de sans-papiers d’Ile-de-France et du collectif contre l’immigration jetable, entre 2 000 et 5 000 personnes ont défilé dans le calme de la place de Clichy à la place Saint-Augustin.

"Nous demandons à Sarkozy de retirer sa loi sur l’immigration ’choisie’ qui va créer de nouveaux et nombreux sans-papiers. Et d’avoir le courage de régulariser tous les sans-papiers parce qu’il n’y a pas d’autres alternatives" a déclaré à l’AFP Saddok Guitoun responsable du mouvement ALIF (Alternative Ile-de-France) qui rassemble des collectifs de sans-papiers franciliens.

PÉTITION

En tête de cortège, devant une banderole "Retrait du projet de loi sur l’immigration, arrêt des expulsions, régularisations de tous les sans-papiers", une dizaine de mères défilaient avec leurs enfants dans des poussettes. On pouvait lire sur leurs pancartes et sur leurs t-shirts "femmes sans-papiers, femmes sans dignité" ou "arrêtez de profitez de nos malheurs".

"Sarkozy a reculé sur la question des enfants sans-papiers scolarisés parce qu’il a pris conscience que la situation de ces enfants avait touché l’opinion publique. C’est un signe que la machine de guerre que nous avons en face de nous peut être enrayée grâce à une forte mobilisation", a affirmé Mouloud Aounit, président du MRAP.

Le collectif contre l’immigration jetable, qui regroupe les associations et collectifs opposés à la loi Sarkozy, affirme avoir récolté plus de 69 000 signatures pour demander le retait de la réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile. Malgré le vote de la loi devant l’Assemblée nationale, le collectif veut intensifier ses actions et appelle à une journée de mobilisation dimanche 11 juin, avec notamment un pique-nique de protestation sur la pelouse de Reuilly, à Paris.

avec AFP