logo spip

Paris 11° : débat le 31 mai

mercredi 31 mai 2006.
 



Le CMil organise un

débat

« Après 5 mois de mobilisation active contre la loi réformant le CESEDA,
Où en est le mouvement de solidarité avec les étrangers ?
Comment continuer ? »


le mercredi 31 mai à 19 heures
21 ter rue Voltaire 75011 Paris
métro rue des Boulets

Ce débat est ouvert à tous.


Le Cercle Migrations et libertés (CMIL) est un groupe de réflexion dont l’objectif est de replacer l’immigration au coeur du débat politique. Il a été créé au printemps 2002 à l’initiative du CEDETIM par des militants de la solidarité internationale, du soutien aux sans-papiers, des associations issues de l’immigration et des Droits de l’homme. Son objectif est de replacer l’immigration au cœur du débat politique, notamment dans le cadre du mouvement opposé à la version libérale de la mondialisation. Le texte fondateur, qui lui sert de référence, prétend rompre avec les positions purement défensives en matière d’immigration en affirmant que la mise en œuvre des principes de libre circulation et de libre implantation est de l’intérêt de tous : européens, aussi bien que ressortissants des pays tiers.

Le CMiL se donne pour objectif :
- de produire des textes de réflexion sur les questions de l’immigration,
- de mettre en place un centre de documentation sur la question de l’immigration,
- d’animer le débat au sein des mouvements associatifs, syndicaux...

Les membres du CMiL sont à disposition pour animer des réunions publiques, des cercles de réflexion...

Le texte fondateur du CMiL
Les droits des migrants révèlent tous les projets de société
Ce texte fondateur, premier texte public du CMiL, a été rédigé en mars 2003. Il aborde la question des migrations replacée dans le contexte politique européen et français, et détaille 5 propositions concrètes sur la liberté de circulation, la lutte contre les inégalités, la citoyenneté de résidence, une solidarité internationale face à la mondialisation et le respect des droits des migrants.

Vous pouvez télécharger le texte fondateur du CMiL :
http://www.reseau-ipam.org/article....

Présentation du CEDETIM
Le CEDETIM est un centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale
Cette solidarité est conçue comme une valeur culturelle fondamentale qui se situe dans la continuité d’une tradition internationaliste. Elle ne se limite donc pas à l’aide ou au soutien à des luttes ou des mouvements qui seraient lointains et exotiques. Elle s’inscrit dans un projet ayant pour objectif la transformation de la société, ici comme ailleurs, dans le sens d’une plus grande liberté, d’une plus grande égalité, d’une meilleure justice sociale, d’un monde construit par tous les peuples. Elle est fondée sur le respect des droits fondamentaux individuels et collectifs.
Ce projet signifie le refus de toutes les formes de répression, de domination, de discrimination et d’exclusion ; il ne s’agit ni de charité, ni de commisération, ni de culpabilité, mais de la construction d’un avenir commun entre peuples égaux.
Nous sommes profondément convaincus qu’un peuple qui en domine un autre n’est pas un peuple libre.

Le CEDETIM aujourd’hui
La Solidarité Internationale, notre réponse aux effets néfastes de la mondialisation libérale :
- En participant à différentes campagnes autour du problème de la Dette, des institutions financières internationales (IFI), du commerce mondial (OMC), des marchés financiers (Attac) et du pouvoir des multinationales (Tribunal Permanent des Peuples) ;
- En soutenant le collectif "TotalFinaElf ne doit pas faire la loi " qui dénonce les agissements des grandes multinationales pétrolières.

La Solidarité Internationale, une action commune entre les forces démocratiques des sociétés civiles à l’échelle européenne, méditerranéenne et mondiale :
- Avec l’AEC (Assemblée Européenne des Citoyens), branche française du réseau Helsinki Citizens’ Assembly, en particulier dans les zones de conflits et avec des jeunes de l’Est, de l’Ouest et du bassin méditerranéen ;
- En travaillant avec le Forum des Citoyens de la Méditerranée au rapprochement des sociétés civiles et à la défense des Droits de l’Homme de chaque côté de la Méditerranée ;
- En participant à des réseaux en France comme ICARE (Initiative de Citoyenneté Active en Réseau), le CRID (Centre de Recherche et d’Information sur le développement), AILES (Autogestion, Initiative Locale et Economie Sociale), ou à l’échelle internationale ( Forum Mondial des Alternatives, alliance pour un monde responsable et solidaire, etc...).

La Solidarité Internationale : une riposte aux inégalités de toutes sortes :
- En travaillant avec des associations issues de l’immigration ; avec des syndicats, avec des associations du mouvement social ;
- En s’engageant auprès d’organisations de femmes luttant pour l’égalité (par exemple la CADAC) ;
- En revendiquant pour le droit au développement, pour la liberté de circulation et d’installation des personnes, pour le respect des droits civils et politiques et des droits économiques sociaux et culturels ;
- En dénonçant la gestion de la crise de la dette et la nature des rapports Nord/Sud.

La Solidarité Internationale comme un projet appuyé sur des pratiques sociales et théoriques :
- En organisant des collectifs, lieux de réflexion et de débats, sur des thèmes d’actualité ou des sujets sur lesquels nous ressentons le besoin de confrontations et d’élaboration. Ces moments sont ouverts à tous ;
- En participant, notamment, avec l’AITEC, à l’organisation de débats sur le développement et sur les alternatives à la mondialisation libérale, avec l’AEC, sur la paix, les guerres et les conflits ;
- En organisant des soirées débats, des projections, des moments collectifs, contribuant à l’animation d’un lieu pluri-associatif, le CICP, et en contribuant à sa mise en réseau avec d’autres maisons d’associations en France et dans le Monde ;
- en participant aux différents forums internationaux organisés par les associations de solidarité internationale.

Site du CEDETIM : http://www.reseau-ipam.org/rubrique...