Héritiers et indigènes

"Libération", 19 mai 2006
 

Verte pelouse de cour dite d’Honneur, où s’érige une stèle aux morts pour la Patrie (« Aux martyrs ! aux vaillants ! aux forts ! », etc.), je me souviens du lycée Henri-IV aux sonores galeries de cloître recyclé. Vieilles pierres, chapelle austère, chênes lustrés, dénivelé allégorique des amphis vénérables... , mânes, fantômes, de Georges Pompidou et Jean-Paul Sartre itou...

Et salut à vous, Imane et Mamadou, Mohammed et Fatou ! Ce n’est pas vainement que vos banlieues brûlèrent : le « Temple de l’Excellence » vous offre un strapontin. Ne soyez pas intimidés par l’arrogance des lieux, ni par l’élégance de vos futurs congénères : tout le pognon qui ici se mire et s’étale, c’est celui que leurs pères, dans leurs usines et dans leurs mines, ont volé à vos pères. C’est le vôtre. S’il ne va pas chez vous, non plus que les maîtres prestigieux perclus d’ans, d’Annales du baccalauréat et de cours très particuliers, du moins pouvez-vous venir à eux. Oubliez vos banlieues où l’école ruinée est au mieux un voeu pieux. Bienvenue chez vous ! (Enfin, chez vous...) Certes, il vous faudra trimer dur dans de doubles journées de labeur, mais pas plus, somme toute, que vos mères ­ entre torchage et nourrissage de vos fratries nombreuses, entre bus et métro, entre boulot et boulot, domestique et salarié, entre acquisition et apprentissage. Si vous n’êtes pas assez bons pour, au sortir du bac, intégrer une classe préparatoire à une grande école, notre expérimentale « prépa de prépa » vous en donnera l’avant-goût. Pour vous trente, l’objectif de « 100 % de réussite » est assuré (c’est au-delà que ça se gâte)...

La République vous a élus, ou, pour mieux dire, elle vous a « choisis ». Oubliez vos camarades des cités, oubliez le noir destin que leur promet le continent banlieusard sinistré, mais n’oubliez pas votre carte « Compétences et talents », sous-visa que Sarkozy vous octroya, et qui vous fera franchir le périphérique comme une Méditerranée. Policez-vous, enfin. Nous allons vous polir. Vous serez nos pièces jaunes.

Pierre Marcelle