« C’est tout le peuple malien qui se trouve visé par cette loi »

"l’Humanité", 19 mai 2006
 
Samba Ibrahima Tembely, qui réagit ici, est secrétaire permanent de la Coalition des alternatives africaines dette et développement au Mali

« Nous suivons de très près la politique française qui régit l’immigration, depuis les lois Pasqua jusqu’à aujourd’hui. Nous avons lu le projet de Nicolas Sarkozy, qui a malheureusement été voté mercredi à l’Assemblée nationale. Cette loi durcit les conditions d’accueil jusqu’à remettre en cause des droits fondamentaux de l’homme. La venue de Nicolas Sarkozy nous est apparue comme une provocation et une insulte au peuple malien. L’histoire de nos deux pays est intimement liée et il est inadmissible de voir un ministre piétiner cette histoire et créer de graves problèmes entre nous. Grâce à la marche que nous avons organisée mercredi soir, Nicolas Sarkozy a été contraint de se déplacer quasiment en cachette quand, d’habitude, dès qu’un membre du gouvernement français vient au Mali, il est accueilli par la population depuis l’aéroport.

Tout le peuple malien est visé par cette loi, car l’apport fourni par les immigrés à l’économie de notre pays est plus important que celui de la France officielle. Ce que les immigrés apportent au Mali est primordial. Les personnes au pouvoir ici savent pertinemment cela. Pourtant nos autorités semblent dans l’incapacité de faire face, de tenir tête, même en tant qu’État ami, à la France. Pour nous, le pouvoir trahit sa population. Il semble y avoir une certaine compli-cité entre notre gouvernement et celui de la France à ce sujet, et c’est le peuple, comme toujours, qui va payer. Les conditions d’existence vont s’aggraver de jour en jour, et la vie va devenir intenable pour tous ceux qui souhaiteront se rendre en France. Pour une simple visite de travail, il faut déjà passer deux mois à faire des démarches à l’ambassade de France à Bamako. Les gens en ont ras le bol de ce mépris. Nous ne sommes pas considérés comme des humains. Nous sommes systématiquement regardés comme des gens créant des problèmes à la France.

La question de l’immigration ne peut être traitée unilatéralement par un seul ministre, par le président de l’UMP. Pour nous, la question est vitale et elle ne peut être réglée par une seule partie. Elle doit être le fruit d’un processus engagé et discuté entre les deux pays, et les lois adoptées doivent respecter le droit international.

Notre mobilisation ne peut s’arrêter à la seule visite d’un ministre. Notre collectif se bat pour rendre impossibles les vols de charters d’immigrés renvoyés dans leur pays d’origine. Nous avons remarqué récemment que les autorités françaises dissimulent dans des vols réguliers deux ou trois expulsés pour que leur arrivée passe inaperçue. Nous allons agir auprès de nos autorités pour qu’elles tiennent un peu plus tête face aux autorités françaises. La loi est votée mais nous allons continuer à agir.

Propos recueillis par Dany Stive