logo spip

Dans une vingtaine de villes, plusieurs dizaines de milliers de manifestants contre l’immigration jetable

dimanche 14 mai 2006.
 

Tous les observateurs l’ont noté : il y a plusieurs années qu’une manifestation nationale sur le thème des migrations n’avait pas réuni autant de monde dans la capitale.

De l’ordre de 35 000 personnes ont protesté, le 13 mai 2006, entre la place de la République et la place Saint-Augustin à Paris contre le projet de réforme du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’aside (CESEDA).

Dans certaines autres villes parmi la vingtaine où des cortèges se sont formés, les manifestations y ont été spectaculaires, notamment à Marseille (2 500 participants) et à Clermond-Ferrand où certains observateurs parlent de la plus grosse manifestation depuis 1998.

Organisée à l’appel des 600 organisations associatives, politiques et syndicales du collectif Uni-e-s contre une immigration jetable (UCIJ), la manifestation visait à obtenir le retrait du projet qui facilite l’"immigration utile" à la France au détriment de l’"immigration subie" qui serait rejetable quels que soient les droits - vie familiale et personnelle ou asile, notamment - dont elle peut se prévaloir.

Les 35 000 manifestants ont rejeté cette conception purement utilitariste de l’étranger admissible en France, qui fonde la ligne politique du gouvernement, laquelle tend à devenir également celle de l’Union européenne.

A la faveur de cette conception rétrograde de l’humanité, l’immigré est d’autant plus "utile" qu’il est condamné à la précarité. Suppléant aux carences conjoncturelles de l’économie nationale, il est un intermittant jetable dont le droit au séjour peut être remis en question dès lors qu’on jugerait ne plus avoir besoin de lui.

Les députés qui devraient voter le texte dans la semaine, et les sénateurs qui l’examineront au début de juin seraient bien inspirés d’y regarder à deux fois avant d’engager plus avant la France dans la réforme la plus conservatrice qu’on ait jamais vue depuis les années 30.

MANIFESTATIONS DANS TOUTE LA FRANCE

- Albertville
- Angoulême
- Bayonne
- Belfort
- Besançon
- Bordeaux
- Brest
- Chateaubriant
- Chambéry
- Cherbourg
- Clermont-Ferrand
- Marseille
- Nancy
- Nantes S-Racisme
- Nice
- Niort
- Rennes
- Saint Brieuc
- Strasbourg
- Toulouse
- Tours

PETITION NATIONALE : CONTINUER A SIGNER ET A FAIRE SIGNER

Les 55 000 signatures ont été atteintes en ce 15 mai 2006. Rien n’est plus utile que de continuer à signer et à faire signer ce texte.

Dans cette perspective, toutes les organisations - petites, moyennes ou grandes - sont invitées mettre en ligne un lien électronique vers la pétition dans la page d’accueil de leur site et à en diffuser des tirages papiers auprès des personnes n’ayant pas d’accès à Internet.

Pour voir des photographies du rassemblement de Paris, jetez un œil au reportage de Patrice Leclerc sur www.phototèque.org.

La manifestation dans la presse : dépèches d’agences (AFP, AP, Reuters), 20 minutes, Libération, Le Monde.