Strauss-Kahn contre la "régularisation massive" de sans-papiers

AFP 2 mai 2006
 

PARIS (AFP) - Dominique Strauss-Kahn, candidat à l’investiture socialiste pour la présidentielle de 2007, a indiqué mardi qu’il était contre la "régularisation massive" d’immigrés sans-papiers.

Le député socialiste du Val-d’Oise a rappelé sur RMC Info que "depuis la loi Reseda de Jean-Pierre Chevènement, on a un système dans lequel on régularise tous les ans environ 20.000 personnes sur un certain nombre de critères".

Selon Dominique Strauss-Kahn, "c’est une bien meilleure méthode" que celle retenue dans certains pays, "où tous les cinq ou dix ans, il y a une telle accumulation d’immigrés sans papiers qu’on est obligé de faire une régularisation massive".

"Je ne suis pas pour la régularisation massive", a-t-il dit, ajoutant qu’il n’était pas sur ce point sur "la position" de Laurent Fabius, autre candidat à l’investiture.

"Je suis pour des critères qui sont acceptés par tout le monde et qui font qu’il y a grosso modo 20.000 régularisations par an. Cela se fait sans drame, sans difficulté pour le pays", a-t-il dit.

La semaine dernière, Laurent Fabius s’était prononcé pour la régularisation des immigrés sans-papiers, en prenant l’exemple des gouvernements espagnol et italien.

L’ancien ministre socialiste a renouvelé sa "proposition pour que puissent acquérir plus facilement la nationalité française ceux qui le veulent, ceux qui veulent devenir des électeurs".

"Quand on remplit les critères, on est inscrit sur les listes électorales et si on vient voter, on devient Français. C’est-à-dire qu’il faut manifester le fait que l’on veut participer à la vie du pays", a-t-il précisé.