logo spip

29 avril, premières mobilisations réussies, la mobilisation continue

1er mai, 2 mai, et manifestation nationale le 13 mai
 

Nous avons recensé 22 villes où des initiatives avaient lieu ce samedi 29 avril (cette liste n’est pas forcément exhaustive).
Pique-niques, conférences de presse, distributions de tracts, et manifestations se sont multipliées.
Les manifestations ont rassemblé un nombre d’autant plus appréciable de personnes, que ce samedi ouvrait un week-end de trois jours avec les manifestations du 1er mai lundi. A Paris la manifestation a regroupé entre 10 000 et 15 000 personnes (5200 d’après la préfecture de police)

Dans de nombreuses villes, le collectif « Uni(e)s contre l’immigration jetable » manifestera lundi 1er mai dans les cortèges syndicaux. A Paris, en accord avec la CGT, les étudiants seront en tête de la manifestation, le Collectif UCIJ sera en deuxième position.
Ainsi sera manifestée la solidarité qui unit tous ceux qui refusent la précarisation de la société ; CPE, réforme du CESEDA, CNE c’est la même vision « jeunes, immigrés, salariés, tous jetables aux yeux de la droite et du gouvernement ».
Le rendez vous à Paris est Place de la République devant Habitat à 14 heures.

Mardi 2 mai, si le calendrier parlementaire n’a pas été bouleversé par la démission de Villepin, commence le débat à l’Assemblée nationale. Nous nous rassemblons à 18 heures place du Président Edouard Herriot juste à côté de l’Assemblée nationale (métro Assemblée nationale) où nous dialoguerons avec les représentants des groupes parlementaires.

Le moment fort de la mobilisation nationale sera la

MANIFESTATION NATIONALE
SAMEDI 13 MAI à 15 heures

De la Place de la République à l’Elysée

Où nous irons remettre à Jacques Chirac les pétitions

Le Collectif Uni(e)s contre l’immigration jetable, qui regroupe à ce jour 507 associations, syndicats et partis, appelle tous ceux qui veulent mettre en échec ce projet de loi à organiser cars, trains, covoiturages pour faire de cette manifestation un grand moment de solidarité avec les étrangers, avec les sans-papiers, une grand moment d’expression de notre volonté d’une France fraternelle, acceuillante et solidaire.