La Coordination étudiante dénonce notamment le projet de loi sur l’immigration

AFP 17 avril 2006
 
La coordination nationale étudiante élargit les revendications

La coordination nationale étudiante, réunie à Nancy, a voté dimanche un élargissement des revendications et appelé à plusieurs journées d’actions le 18 avril, le 25 avril et le 1er mai, ont indiqué ses porte-parole dimanche soir.

"On a réussi à s’affirmer en tant qu’étudiants asyndiqués et nous déplorons comment l’Unef a géré, en criant victoire, le remplacement du CPE", a indiqué Lucie, de Montpellier, désignée comme porte-parole à l’issue d’un week-end de débats à Nancy II (Lettres) qui ont montré un clivage entre l’Unef et les étudiants mobilisés.

Quelque 200 étudiants mandatés de 31 universités étaient présents ; un seul délégué lycéen (de Tours) participait. Selon la coordination, 31 universités sont encore perturbées et 18 sont bloquées.

Une journée d’action a été décidée pour le 18 avril pour dénoncer la loi sur l’égalité des chances dans son intégralité et le retrait du CNE (contrat nouvelle embauche), le projet de loi sur l’immigration "où les immigrés sont considérés comme des êtres humains jetables", selon les porte-parole, et le plan de prévention contre la délinquance. "Le recul du gouvernement sur le CPE a ouvert une brèche, il est important de le faire reculer davantage sur la précarité", a expliqué un porte-parole.

Une journée est prévue le 25 avril contre la répression et tournée vers des manifestations autour des tribunaux. La coordination demande en outre l’amnistie pour toutes les personnes mises en examen au cours des manifestations et dénonce l’intervention des forces de police dans les universités, comme à Montpellier.

Le 1er mai, sera une "journée de convergence avec les salariés".

La prochaine coordination étudiante se tiendra à Bordeaux, le week-end prochain.