Avant-projet de loi du 9-2-2006

Quelles conséquences pour les femmes ?

[Analyse du Comité d’action interassociatif contre la double violence]
 

Nous demandons le retrait du projet de réforme annoncé par le gouvernement en matière d’entrée et de séjour des étrangers sur le territoire français qui remet en cause, de façon dramatique, les droits des personnes étrangères.

Nous participons et appelons à la mobilisation unitaire qui doit se développer.

Nous voulons en outre mettre l’accent sur les points suivants :

Un tel projet de loi entre dans un cadre politique plus global. Il nourrit la xénophobie en faisant des étranger-e-s, sauf la minorité « choisie », des personnes indésirables, dangereuses, délinquantes que la France subirait. Elle s’inscrit dans la politique de réduction et de négation des droits dans tous les domaines (travail, social, éducation...) dans une logique de libéralisme effréné.

Quant à la nouvelle immigration de travail, il s’agit d’une immigration précaire et précarisée, le droit au séjour dépendant de l’emploi dans une perspective utilitariste.

Des lois, même extrêmement restrictives, ne peuvent arrêter les migrations internationales qui obéissent à des facteurs politiques, économiques, sociaux, idéologiques... Des migrants et des migrantes chercheront toujours à venir, à s’installer et à travailler en France, mais ils et elles seront condamnés à une situation d’extrême précarité, au risque d’atteintes graves aux droits fondamentaux. Ce n’est pas cette société que nous voulons.